Meunier, tu dors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Meunier, tu dors

Message par Saíréann S. Suibhne le Mar 22 Avr - 16:08

[Mercredi 03 Septembre 2014]

Y avait un de ces silences dans ce patelin. Un truc de malade. Pas de bruits de voiture. Pas de gens qui se disputent. Pas de jeunes avec leur stéréo sortie tout droit des années 90, même pas d’explosion,  de manifestation ou de klaxon. Le bruit des zoizeaux et le cataclop d’un paumé sur son cheval. Il n’était même pas six heures du matin – pas qu’en ville la nuit et le jour change quoi que ce soit mais bon- il était dix heures. Et c’était comme si le village dormait.

Dire qu’elle avait eu peur en remarquant l’absence de doubles vitrages dans sa chambre.

Elle déverrouilla la porte. Réflexe de citadine encore. Comme s’il y avait quoi que ce soit à voler à part des plumes et des crayons et son couteau qu’elle gardait sous son oreiller. Stupide. Elle allait devoir se défaire de ces habitudes ici. Tout étranger était repéré dans la demi-heure, toute personne louche dénoncée probablement aussi vite. Et si quelqu’un d’ici se laissait tenter à briser les lois écrites (ou non), la honte toucherait sûrement sa famille sur des générations. Le pire crime du coin était probablement de dévaliser la station service ou le Tim Horton’s.

Voilà qu’elle se croyait aux Etats-Unis. Elle sourit. Elle allait avoir besoin d’un temps d’adaptation voilà tout. Elle qui avait toujours vécu en ville, elle devait encore apprendre à voir les beautés de la vie à la campagne. Il y en avait sûrement. Déjà, on ne la chercherait jamais ici. Et il y avait du travail. Pas que gagner sa vie soit très important quand on est korrigan mais ça donne une liberté quand même, et une fierté de ne pas dépendre de ses pouvoirs pour s’en sortir dans la vie.

Décidée à se secouer, la jeune femme se débarrassa de toutes ses pensées sous une bonne douche tiède, sauta le petit déjeuner – elle n’en prenait plus depuis le lycée au moins – et alla se dégourdir les pattes dans les landes. Tout était différent ici, mais l’air marin était le même qu’en Irlande. Elle marcha longtemps, une partie d’elle, la partie magique, heureuse d’être dans la nature, de ne pas voir le béton et de sentir l’herbe rare, rase, sous ses pieds. Une partie d’elle avait envie d’envoyer balader sandales et gros pull. De partir dans les bois genre sauvageonne. Elle se demanda si tous les korrigans étaient ainsi. Si la nature faisait partie d’eux et s’il n’y avait pas quelque chose qu’elle avait loupé quelque part.

Inconsciemment, ses pas la conduisirent vers le moulin. Ses terres. Là encore, c’était un peu mitigé. Elle avait un large terrain de plusieurs hectares autour de ce qui allait devenir sa maison. L’architecte y voyait un paysagiste. Genre jardin zen japonais à la mode là, peu importe. Non mais sérieux, qu’est ce qu’elle allait bien pouvoir en faire. Elle n’avait pas de moutons. Peut-être devait-elle s’en acheter ? Elle ne saurait pas quoi en foutre. Sérieux. Mais sa maison, sa maison, elle allait roxxer du poney.

Est-ce qu’il y avait seulement un cyber café dans le coin ? Bah. Même s’il y avait. Les scanners ne devaient sûrement pas être de bonne qualité. Gosh. S’équiper aller être compliqué. Elle irait en ville bientôt pour passer commande. Oh, et puis non. Elle devait laisser sa chance au patelin. Elle irait au centre commercial d’abord. Et comme ils n’auraient pas, en ville après. Bien.

Cela décidé, son ventre grogna, la rappelant à l’ordre. Elle rangea sa rêverie dans un coin de sa tête, salua les ailes pour le moment immobile de son futur royaume.

_________________
.
avatar
Saíréann S. Suibhne
Habitant du village

Messages : 9
Date d'inscription : 05/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meunier, tu dors

Message par Roy O. Wayland le Sam 17 Mai - 21:04

Il y avait un de ces silences à Dunwatch. Impressionnant. Pas de bruits de voiture. Pas de bruits de dis... Ah, si, en fait. Surtout là où passait le sergent Wayland et sa bonne humeur légendaire. Le filet de bruits, donc, avait commencé dans son bureau où il était passé le temps d'organiser les rondes et de refiler à une victime pas innocente la paperasse qu'il ne ferait pas. La pas-si-innocente-que-ça victime avait bien sûr râlé et soupiré, s'attirant juste une remarque acerbe sur le fait que couiner ne ferait pas avancer son boulot, avant que Roy ne parte répandre la joie et la bonne humeur plus loin.

Llefedrelys, lui semblait plutôt content de voir débarquer son cavalier et le salua par une paire d'oreilles pointées vers lui. Le temps de panser et seller son destrier et Roy prenait la route de sa patrouille - non sans réprimander au passage le tracteur de service qui bloquait la circulation. Enfin, la future circulation, parce que pour le moment les rues étaient désertées. N'empêche que ce n'était pas une raison pour stationner au beau milieu de la chaussée et taper la discut' avec le gérant du tabac, merci bien. Ignorant allègrement les gromellements qu'il avait suscité, donc, le sergent entreprit son traditionnel tour de ville, grogna contre les vélos rangés n'importe comment, puis prit la direction du moulin qui, après tout, était plus ou moins inclus dans la ville.

Le bai s'engagea au trot dans les champs, dynamique, apparemment content de pouvoir se dégourdir les jambes. Roy, s'il n'était pas si joyeux, appréciait au moins le calme. Bon, certes, rien ne valait des murs insonorisés et un appartement désert de chants de grillons et d'oiseaux, mais ce n'était pas trop mal. Puis son regard acrocha la silhouette. Difficile de la rater en même temps, vu sa chevelure flamboyante. D'autant que les plumes, perles et autres trus de fille n'aidaient pas à la discrétion, malgré des vêtements sobres. La mauvaise humeur du policier revint au galop. À tous les coups, c'était encore une évasion de l'école. Ces gosses n'apprenaient décidément jamais rien - à part quand il s'agissait de gruger les surveillants. Arrêtant sa monture devant la rousse, donc, le sergent la gratifia d'un regard sévère.

"Bon, l'escapade est finie, retour à l'école et aux cours."

Et l'officier de désigner la direction du Château. Sérieusement, qu'est-ce qui leur passait par la tête à ces gosses pour s'évader en permanence de l'internat ? Surtout alors que les cours avaient repris ?

"Non mais vraiment... Y'a un concours de saut par dessus le mur de ce satané château ou quoi ?"

_________________
Hell is empty.

All the devils are here.
avatar
Roy O. Wayland
Bavure montée

Messages : 10
Date d'inscription : 19/03/2014
Habitat : Dunwatch

Feuille de personnage
Ecole:
Alignement:
Majeure/Mineure:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meunier, tu dors

Message par Saíréann S. Suibhne le Dim 8 Juin - 14:24

Un bruit de sabots répondit à son salut. Voilà qu'elle invoquait des canassons maintenant. Amusé et curieuse, elle leva les bras à nouveau, plus hauts, un rire gai faisant briller ses yeux. Le cheval fit poliment le tour, s'arrêtant devant elle. Il était monté par le gars le plus beau qu'il lui soit donné de voir. Un air de mauvais garçon dans un visage buriné et les plus beaux yeux du monde. Elle nota aussi la croix, craignant que ses vieux démons l'aient retrouvés mais attirée malgré elle par l'inconnu. Une foule de sentiments passèrent aussitôt dans son crâne et s'il n'avait pas ouvert la bouche, elle aurait été en grand danger d'être ridicule. Mais il parla et ses paroles étaient si grondantes, ses yeux si sévères, son intervention tellement déplacé qu'elle ne put s'empêcher d'éclater de ce rire, gai, moqueur, léger, qu'elle retenait depuis qu'elle avait fichu les pieds sur sa propriété.

« Mais voyons Monsieur l'Agent, je n'ai rien fait, je vous jure ! »

Elle écarta les bras et tourna sur elle-même, toujours hilare de la méprise du gars, heureuse de ce recul soudain qui avait rompu le charme sans pour autant l'enlaidir. Elle le trouvait toujours beau, seulement il était – en plus- amusant en diable et sérieux comme un ange. Le pousser à bout, l'énerver, achever une familiarité par le harcèlement paraissait bien plus amusant à la korrigan que le mettre dans son lit. Et c'était pour cela qu'elle avait parlé en gaélique irlandais. Elle s'arrêta de tourner juste devant lui et termina sa pose par une révérence puis un salut militaire amusé. Elle reprit en anglais.

« Vous voulez pas m'offrir un verre plus tôt ? Je suis certaine qu'on gagnerait à faire plus ample connaissance... »

Elle lui fit un clin d'oeil, d'autant plus coquin qu'elle avait parfaitement compris qu'il la prenait pour une élève du château et donc une mineure, trois fois interdite par la loi, la religion et la morale. Elle sourit à nouveau, curieuse de savoir s'il était aussi incorruptible (ou homosexuel ?) qu'il y paraissait ou s'il allait au moins se montrer gêné de l'histoire. Elle aurait pu montrer ses papiers et l'envoyer bouler, c'était sûr mais où était l'amusement là dedans ? Elle préféra lui tendre la main.

« J'm'appelle Siofra. C'est un vrai uniforme que vous avez là ? On vous a déjà dit qu'il vous allait bien ? Il est pas trop chiant à mettre et à enlever ? J'peux l'essayer voir ? »

Elle replaça une mèche derrière son oreille et se mordit la lèvre. Elle allait loin. Très loin. Mais elle fit taire sa conscience pour profiter du moment, refusant de se le laisser gâcher par ce qui était, au final, la méprise d'un fonctionnaire trop zélé, fut-il beau comme un celte. Il avait mérité cette leçon. Et puis, au fond, elle se demandait ce que penserait Toryn si on la ramenait manu-militari au château comme Police Montée semblait déterminé à le faire. Il faudrait qu'elle rencontre un de ces fugueurs dont il parlait. Elle avait toujours des choses à confier à des adolescents astucieux.

_________________
.
avatar
Saíréann S. Suibhne
Habitant du village

Messages : 9
Date d'inscription : 05/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Meunier, tu dors

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum